Le capitaine Haddock aux prises avec l'orthographe de "Mooqueur"

Mon histoire de Q avec les participants à un MOOC

Oubliez les débats sur le modèle économique des MOOCs ou leur impact pédagogique… La vraie question est la suivante : quel nom donner aux participants à un MOOC ? Plus problématique encore : comment l’écrire ?

Lorsqu’on accompagne l’équipe d’animation d’un MOOC, on a beau résoudre brillamment (du moins en apparence) la plupart des difficultés qui se présentent, il est toujours une question sur laquelle on finit par buter :

— Mais alors, vous les appelez comment les participants à un MOOC ?
— Ben… il n’y a pas  vraiment de terme officiel. En général, on parle de [mukœʁ] et pour les filles, de [mukœz] !
—  Mouais, mais vous l’écrivez comment quand vous ne faites pas le malin avec votre transcription phonétique ?
— Très bonne question Svetlana… En fait… heu… c’est à dire… Quelqu’un veut un café ?

S’il semble naturel de parler de cégétistes, si les érémistes ont leur place dans le Larousse, ce fichu son [k] de fin de MOOC et ses nombreuses graphies me plongent régulièrement dans des abîmes de perplexité.

Le premier réflexe serait d’écrire « mooqueur ». C’est bien « mooqueur », ça vous a un petit côté franchouillard rassurant (le « merle mooqueur » n’est pas loin) qui en ferait presque oublier l’origine anglophone de l’acronyme. Le verbe du premier groupe vient tout seul : je mooque, tu mooques, mooquâtes-vous l’année dernière ?, etc.

Mais quand même. Ce « qu » fait disparaître le « C » de MOOC, celui de « course ». Et un MOOC, c’est d’abord un cours, fut-il ouvert, en ligne et massif. Difficile pour un pédagogue de passer à la trappe un élément aussi fondamental.

Autre solution : écrire « MOOCeur », « MOOCeuse ». Le maintien de l’acronyme en majuscule permet d’excuser l’irrégularité orthographique, de la même façon que l’on écrit des « DVDs », par exemple. Cependant, ainsi en va-t-il de notre cerveau : même en jouant sur la typographie, « c » et « e » ça fait [sø] ; le rassemblement massif de « mousseurs » et de « mousseuses » a tôt fait de nous entraîner vers un imaginaire peu propice à l’étude

On peut également envisager d’écrire « Moockeur », façon rock star du MOOC, ou bien « Moo❤ » (dans la lignée du célèbre « I ❤ NY ») pour tous ceux qui se sentent in the Mooc for Love. On peut même adopter « clomeur » pour rester 100% francophone (mais si, vous savez, un MOOC se dit CLOM en français). Cela étant, du « clomeur »  au « chômeur », il n’y a qu’une enjambée, pas forcément réjouissante…

Et les « Mooquistas », me direz-vous, véritables fashionistas de l’apprentissage, toujours à la recherche du dernier It-MOOC ? Et les  « Mooquettes », qui sont au MOOC ce que les Claudettes étaient à Claude François, et que tout bon ingénieur pédagogique a peur de raser avec des activités ennuyeuses (ou de fumer dans une recherche désespérée d’inspiration) ? Tout cela est bel et bon, mais ne fonctionne que pour la gent féminine. Parlez de « Mooquistos » — ou pire, de « Mooquets » — et c’est la garantie de voir votre MOOC déserté par la moitié masculine de votre communauté.

Aucune de ces options ne semble entièrement satisfaisante. Je fais donc appel à vous, artisans des MOOC, serial Mooc-qu-k--eurs ou linguistes avertis. Quelle forme a votre préférence ou vous horripile particulièrement ? Laquelle voyez-vous le plus régulièrement utilisée ? On attend votre avis sur Twitter, Linkedin ou ailleurs…

, ,
Article précédent
Marques, emparez-vous des Mooc en 2016
Article suivant
« Je rêverais de créer un Mooc pendant le Festival d’Avignon »

Articles liés

6 Commentaires. En écrire un nouveau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu